lundi 7 novembre 2016

Les cendres de Superphénix

Les cendres de Superphénix

Après sa meilleure année de fonctionnement, Superphénix avait été définitivement arrêté en 1996, pour raison d’accord électoral avec les verts et de démêlés juridiques, notamment avec le canton de Genève dans lesquels ces mêmes verts s’étaient déjà impliqués.

Cette technologie aurait-elle alors été revendue à la Russie, ainsi qu’une partie des stocks de sodium, comme le prétendent certaines sources ?
En tout état de cause, le russe Rosatom vient de se voir décerner le « Power Award 2016» de la meilleure centrale nucléaire du monde pour son BN 800 dont l’exploitation commerciale vient de démarrer ce 1 novembre 2016.

Lire la suite dans Économie Matin......
http://www.economiematin.fr/news-superphenix-reacteur-nucleaire-fermeture-ecologie-france-riou

mardi 25 octobre 2016

L'étau se resserre

 Le caractère néfaste de l'amplitude de modulation excessive (EAM) du bruit éolien officiellement reconnu en Grande Bretagne.

https://www.gov.uk/government/publications/review-of-the-evidence-on-the-response-to-amplitude-modulation-from-wind-turbines


Il y a tout juste un an, le député Chris Heaton Harris remettait au gouvernement anglais un important rapport d’experts indépendants sur les critères de gène spécifiques au bruit éolien.
Ce rapport, composé de 13 « work packages », mettait clairement en évidence le rôle majeur de la modulation d’amplitude excessive (EAM).

Cette modulation, provoquée par chaque passage des pales devant le mât, peut devenir rapidement obsédante. Mais sa valeur peut être masquée selon le traitement appliqué aux données mesurées.
Sans même aller jusqu'à l'absence totale de prise en compte de cette modulation, comme c'est le cas en France.

Dans la présentation de ce rapport, figure une comparaison de différentes méthodes permettant d'en déterminer la valeur.

Pour mémoire, c'est cette différence qui avait suscité un scandale dans la presse anglaise qui avait évoqué l'analogie avec le "logiciel truqueur" de Volkswagen.

Après avoir été officiellement saisi par Chris Heaton Harris, le Gouvernement anglais  [Department of Energy & Climate Change (DECC)] avait mis en place une commission d'enquête qui vient tout juste de  rendre ses conclusions, "en réponse au problème croissant de l'impact des modulations d'amplitude excessives sur les résidents".

Ce rapport gouvernemental conclut sans équivoque: 

"Les conclusions de cet examen sont qu'il existe des preuves solides qu'une amplitude de modulation  excessive est suffisante pour entraîner une augmentation de la gêne due au bruit de l'éolienne, et que celle ci doit être contrôlée à l'aide d'une méthode appropriée. Les éléments clés nécessaires à la formulation de telles conditions ont été conseillés."
("The review has concluded that there is sufficient robust evidence that excessive AM leads to increased annoyance from wind turbine noise, and that it should be controlled using suitable planning conditions. Key elements required to formulate such a condition have been recommended.")

Ce rapport peine à déterminer les seuils d'une amplitude "significative", "excessive" et "inacceptable", mais en décrit l'émergence de la gène pour les riverains dès 2dB d'amplitude (peak-to-trough) et souligne l'importance de la relation dose/réponse, qui est fonction de la durée de l'exposition.


En France, le rapport AFSSET de mars 2008 relevait bien que "Le caractère impulsionnel est avéré en présence de battements ou de "flapping" : dans les régions anglo-saxonne ou nordique, il est parfois traité selon la méthode de la norme ISO 1996, par des pénalités forfaitaires de 5 dB".

Et concluait cependant que : "la plus totale ignorance est de règle quant à l'existence d'effets de seuil, de validité spectrale, d'application aux bruits impulsionnels, de validité en fonction de la durée d'exposition, et de limitations diverses".

A des quantités de riverains qui ont vu leur qualité de vie et leur santé s'altérer avec l'exposition chronique aux éoliennes, il a été opposé que ces machines respectaient une réglementation très stricte et ne saurait ainsi être mises en cause dans les troubles sanitaires déplorés.

Peut être serait il temps de se pencher sérieusement sur la question!

lundi 17 octobre 2016

La fuite en avant

Machine arrière dans l'éolien allemand

Selon "The Gardian", Berlin tenterait de faire machine arrière sur ses ambitions en matière de développement d'énergies renouvelables.

La cause n'en étant même pas l'impossibilité, avérée depuis des années, de remplacer la moindre centrale thermique par des énergies intermittentes du fait de la susceptibilité de celles ci de tomber à tout moment à moins de 1% de leur puissance nominale, mais proviendrait, à l'inverse, des records de production intempestifs, décorrélés des besoins de la consommation, qui saturent le réseau électrique allemand conduisant à devoir payer les exploitants éoliens pour qu'ils arrêtent leurs machines, ainsi que l'indique l'article.

Le seul renforcement prévu pour la connexion nord/sud, devant permettre de refouler les pics de production des éoliennes du nord de l'Allemagne est estimé à plus de 14 milliards d'euros.
Ce sont en effet, jusqu'alors, les pays voisins qui en font les frais, avec les lignes françaises, polonaises et tchèques que l'Allemagne emprunte actuellement en les fragilisant. Et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle la Tchéquie et la Pologne se préparent à construire un transformateur déphaseur géant afin d'empêcher ce flux électrique indésirable de traverser leurs frontières.

La revue technologique du prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology) constatait récemment que réussir une transition énergétique n'était pas si simple, qu'il était inconséquent de subventionner la mise en place d'éoliennes et de panneaux photovoltaïques sans en avoir anticipé l'intégration dans le réseau, et que la Chine, à l'instar de l'Allemagne était incapable d'intégrer la production des énergies intermittentes, laissant plus de la moitié de leur puissance déconnectée du réseau dans certaines provinces (Xinjiang).
Selon un rapport qui aurait "fuité" dans le Süddeutsche Zeitung, c'est l'équivalent de la consommation annuelle de plus d'1 million de foyers qui aurait ainsi été perdue en 2015 en Allemagne.

Les coûts du renforcement des interconnexions sont difficiles à assumer et la variation, dans une échelle de 1 à 50, des flux qui leur sont imposés au gré du vent, hypothèque l'intérêt de ces investissements.

Quant à la partie connectée, l'effondrement des prix, jusqu'à des cours négatifs, entraîné à chaque record, parallèlement à une augmentation des exportations, suggère le peu d'intérêt de ces records et explique pourquoi l'Allemagne présente un solde export net en augmentation chaque année, (Enerdata /Lowest ten/year) boosté par l'augmentation exponentielle de la puissance intermittente, sans réduction de la puissance pilotable installée.

L'échec de cette politique semble désormais patent, aussi bien sur le plan de la maîtrise des coûts que sur celui de la réduction des émissions de CO2

Le Vice Chancelier Sigmar Gabriel n'en ignore rien et aurait déclaré, déjà en 2014, "La vérité est que la transition énergétique est sur le point d’échouer. La vérité est que, sous tous les aspects, nous avons sous-estimé la complexité de cette transition énergétique. La noble aspiration d’un approvisionnement énergétique décentralisé et autonome est bien sûr une pure folie ! Quoi qu’il en soit, la plupart des autres pays d’Europe pensent que nous sommes fous."

Non, Monsieur le Vice Chancelier, quand bien même l'Allemagne se casse les dents avec encore 66,8% de sa production d'origine fossile (dont nucléaire), la France rêve encore de vous surpasser par un mix 100% énergies renouvelables!

 
  

L'éolien c'est du vent

L'éolien, c'est du vent

A l'appel du tout nouveau collectif anti éolien ACBFC qui regroupe 60 associations de Bourgogne- Franche Comté, plus de 300 personnes selon France 3 Bourgogne, qui en a fait un reportage sur place, ont manifesté samedi 15 octobre dans les rues de Dijon, aux cris de "l'éolien c'est du vent".

Par delà leurs revendications concernant l'altération de leur cadre de vie et du territoire qu'ils lègueront à leurs enfants, les manifestants déploraient le triple échec de la politique du développement éolien dans les 3 domaines qui lui étaient assignés: la maîtrise des coûts, la sécurité d'approvisionnement et la réduction de l'impact environnemental.
La Bourgogne Franche Comté représentant, par surcroît, l'une des régions les moins ventées de France, le gigantisme des machines prévues, afin de chercher un peu de vent, toujours plus haut, porte leur taille de 150m à 220m!
Ils déplorent ainsi, l'artificialisation et la banalisation de territoires encore remarquablement préservés et authentiques, par la généralisation de projets visant à en faire de véritables zones industrielles sans emploi et redoutent les effets de cette véritable "couronne d'épines", selon l'expression de Mme Loiseau, sur l'attrait touristique de la région.




 http://www.bienpublic.com/cote-d-or/2016/10/15/dijon-demonstration-de-force-des-anti-eolien

Cette "manifestation de force", selon Le Bien Public", voulait surtout faire entendre sa voix sur 2 revendications précises.

En premier lieu, l'augmentation progressive de la puissance des machines et surtout de leur taille, en particulier dans notre région, à suscité leur récente prise en compte, au cas par cas, dans la distance minimale de protection accordée aux riverains par l'administration. 
En effet, selon les termes de l'art. L 553 1 du code de l'environnement, cette distance minimale n'est désormais plus "subordonnée à l'éloignement des installations d'une distance de 500 mètres", mais "appréciée au regard de l'étude d'impact prévue à l'article L. 122-1. Elle est au minimum fixée à 500 mètres."

La 1° revendication forte des manifestants était donc que les autorisations accordées en Bourgogne Franche Comté protègent désormais les riverains d'éoliennes par une d'une distance d'éloignement minimum correspondant à 10 fois la hauteur des machines, ainsi que l'impose la Bavière ou la Pologne.

La 2° revendication est que ces riverains bénéficient également de la protection du code de la santé publique, comme n'importe quel autre citoyen. 
Les éoliennes sont en effet autorisées à porter à elle seules le bruit ambiant à 35décibels (dBA) alors que l'infraction est caractérisée dès 30dBA par le code de santé publique. 
Le contrôle des basses fréquences semblait également poser un problème aux exploitants, si on en croit le rapport AFSSET 2011(p 13). En relevant le seuil de l'infraction, l'art 26 de l'arrêté du 26 août 2011  dispense également les éoliennes de tout contrôle des basses fréquences.
(Obligatoire dès 125Hz dans le code)


Une délégation a été reçue en Préfecture pour faire entendre ces revendications.


Quelques vidéos de la manifestation ont été publiées:

https://youtu.be/4vfUylIWcqk
https://youtu.be/sC6dXMdovmg
https://youtu.be/vOiux9Efhis
https://youtu.be/PwaFCMfGtHI

 

jeudi 6 octobre 2016

Open letter to Mrs M.E.Héroux, WHO

OPEN LETTER to Mrs. M. E. Héroux, World Health Organization (WHO).

Subject: Environmental Noise Guidelines for the European Region


Madam,

The announcement of the review by an expert panel, which you preside within the WHO, of noise guidelines encompassing for the first time the health effects induced by chronic exposure to industrial wind turbines, has aroused great hopes among residents who have been suffering from these effects for years.

In order to contribute to the Panel's appreciation of the consequences for human health of wind turbine noise, vibrations, low frequency sound, infrasound and excessive amplitude modulation, I thought helpful to send you some factual information about a family that has been exposed for years to their permanent intrusion.

I wish, first of all, to thank you for having kindly acknowledged receipt of my email.

However, I do think it is my duty to publicly express my dismay at your response, in which you state the unability of the Panel to take testimonies into account. All the more considering that this testimony has been written by a physician, that it concerns several members of the same family, and that the observed symptoms correspond with those described in the medical literature on the subject.

Also eloquent was the finding that the state of health of the grand-daughter deteriorated during each visit to her grandparents, with the added complexity of the psychological development disorders that affect her.

Let's also note that the pathologies observed in the case of the grandmother are attested by medical certificates that have been entrusted to me.

Finally, the testimony in question suggested an explanation of the frequent absence of correlation between distance and felt “annoyance” (to use the consecrated euphemism), a phenomenon that often led to erroneous conclusions.

Therefore, I can only regret that the WHO will be discarding factual evidence in its apprehension of an emerging disease, the study of which is clouded by a vast amount of biased reports commisioned by political and private financial interests.

Nevertheless, I want to remain confident in the wisdom of the panel of experts selected for your review of the WHO's Guidelines, because of their knowledge of the issue as evidenced by their publications.

Please accept, Madam, the assurance of my highest consideration.

Jean Pierre Riou.
President of the association Le Mont Champot

mardi 4 octobre 2016

Qualité de l'air et climat : l'erreur tratégique

Qualité de l'air et climat : l'erreur stratégique

Le problème

Selon un rapport de la Banque mondiale du 8 septembre, la pollution atmosphérique, se serait hissée au 4° rang des facteurs de décès prématurés, avec 5.5 millions de morts par an dans le monde et aurait coûté 225 milliards de dollars en 2013.

Parmi les polluants, les particules fines (P.M.2,5) sont spécialement meurtrières, notamment en Chine où elles sont jugées responsables de plus de 700 000 morts en 2013!



Le bilan 2015 de l’Agence européenne de l’environnement (AEE) est aussi alarmant et estimait 524 000 décès prématurés par an dans la seule Europe.
Il identifie également la responsabilité de ces particules fines, ainsi que celle de  l'ozone troposphérique (O3) et le dioxyde d'azote (NO2). Selon ce rapport 2015 de l’AEE, 80% des décès provoqués seraient d’origine cardio-vasculaire, mais l’apparition de nombreuses autres pathologies serait également favorisée.
Lire la suite dans Économie Matin.....
http://www.economiematin.fr/news-quallite-air-rapport-banque-mondaile-danger-sante-pollution-riou 

samedi 1 octobre 2016

Instabilité de la production éolienne

Instabilité de la production éolienne

Variabilité nationale maximum : amplitude supérieure à 1 à 100 (58MW à 8605 = 1 à 148)

En juin 2016 10 698MW éolien étaient raccordés au réseau. Ce qui indique, pour les 58MW de puissance le 10/06 à 12h30, un taux de charge chutant à 0.5% de la puissance installée.

Variabilité horaire : en quelques heures, la puissance passe de 64280 MW le 27 janvier, et presque 30 fois moins (27,9 fois) avec 230 MW moins de 24h plus tard.
 http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/eco2mix-mix-energetique


Variabilité locale : Cette variabilité est, en toute logique, bien plus importante encore sur le plan local.


Variabilité allemande : malgré la multiplication des machines, puisque malgré 47 000MW installés en Allemagne, cette variabilité est plus forte encore, avec moins de 0,5GW le 1° janvier et plus de 20GW le lendemain :
 https://www.energy-charts.de/power.htm

Signalons que cette variation de puissance éolienne n'est pas sans incidence sur le cours du MWh comme l'indique la ligne bleue du prix spot du mois de février qui indique des valeurs négatives quasiment à chaque épisode de forte puissance éolienne:




Entraînant donc que le taux de couverture de la consommation garanti par les éoliennes n'est pas appelé à atteindre des valeurs significatives:

 www.rte-france.com/sites/default/files/apercu_energie_elec_2016_08.pdf