vendredi 4 décembre 2015

Témoignage médical

Témoignage médical

Courriel du Docteur Pierre Allary à son député
Reproduit avec l'autorisation du Dr P.Allary 

Cher Monsieur.
Comme vous le savez, nous sommes de nombreux habitants de la région à vouloir s'opposer à l'implantation de nouvelles centrales éoliennes en Charente Limousine,et notamment à SAULGOND et SAINT CHRISTOPHE.
En tant que médecin du secteur ,on m'a demandé de vous alerter sur les problèmes médicaux engendrés par les éoliennes. Ces problèmes,bien que niés ou passés sous silence par les promoteurs de ces centrales, existent bel et bien. Ils ont été regroupés sous le terme de syndrôme éolien,décrits et constatés par de nombreux médecins, notamment par le docteur Nina PIERPONT qui a mené une étude sur ce sujet dès 2004. La biologiste et docteur ès sciences Nicole LACHAT a su mettre en évidence la relation qui existe entre les symptômes médicaux et la production d'infrasons.
Les symptômes du syndrome éolien sont:
1- Des maux de tête.
2- Des troubles du sommeil.
3- Des acouphènes.( bourdonnements d'oreilles que la médecine actuelle ne sait pas soigner.)
4- Des vertiges.
5- Des problèmes de concentration et de mémoire.
6- Une irritabilité ou de l'angoisse,voire des syndrômes dépressifs.
7- Une fatigue persistante.
8- De la tachycardie.
De nombreuses communications scientifiques ont été faites sur ce sujet dans divers pays: CANADA, ETATS UNIS, ROYAUME UNI, AUSTRALIE, ALLEMAGNE, etc..., et arrivent toutes aux mêmes conclusions.
En tant que médecin exerçant sur le secteur depuis des années, j'ai constaté une recrudescence de ces symptômes, notamment les troubles du sommeil ,les maux de tête et surtout les acouphènes depuis la mise en service du premier parc éolien de LESTERPS- SAULGOND.
Habitant,moi-même LESTERPS,à proximité de ces éoliennes, je constate que ma femme présente des insomnies, des cauchemars,des maux de tête et des acouphènes depuis la création de ce parc;symptômes qu'elle n'avait pas auparavent et qui disparaissent quand les turbines sont à l'arrêt.
Depuis quelques années, je note une augmentation importante de troubles du sommeil et d'acouphènes ainsi que de céphalées dans ma clientèle.
Il est indéniable que les infrasons engendrés par les éoliennes entrainent des problèmes médicaux chez un certain nombre de sujets.
Il est regrettable qu'aucune étude officielle impartiale n'ait été faite sur ce sujet.
J'ai abordé très succinctement les problèmes médicaux chez l'homme,mais les vétérinaires et les éleveurs ont également constaté l'apparition de maladies sur le bétail.
Je n'aborde pas non plus les dégâts que font ces turbines sur la faune sauvage. (simple exemple: cela fait des années que je n'ai pas vu une chauve-souris à proximité de ma maison.)
Je n'aborde ,pas non plus la dégradation du paysage,qui est une des seules richesses de nôtre région,et qui, jusqu'à présent,était pourvoyeur de tourisme.
Pas plus que la la dévaluation de nôtre patrimoine immobilier qui n'a jamais été prise en considération,ni donc, indemnisée par les promoteurs de ces parcs éoliens.
Pour toutes ces raisons et en premier lieu pour les raisons médicales nous nous opposons fermement à l'implantation de nouvelles éoliennes sur nôtre secteur.
Veuillez agréer Monsieur le Député à l'expression de mes meilleurs sentiments.
Pierre ALLARY, médecin à BRIGUEUIL et habitant de LERTERPS.
 

1 commentaire:

  1. En tant que porte parole du Collectif Victimes des Éoliennes, je confirme ce que rapporte le Docteur Allary. Je suis en contact journalier avec des personnes qui vivent un véritable cauchemar, n'ayant pas les moyens de déménager pour que cessent leurs maux. Il ne faut pas oublier que la privation prolongée de sommeil est considérée comme une torture par les Nations Unies.

    Lorsque votre maison est dévaluée à 40 ou 50% par des éoliennes proches, comment faites vous pour vous relocaliser si cette maison représente toutes vos économies? Or déménager est le seul remède que prescrit la médecine à ces sacrifíés de la transition énergétique. Je connais des gens qui vivent un véritable calvaire depuis des années, dormant deux heures par ci, une heure par là.

    Le public doit se rendre compte du danger croissant qu'il y aura sur les routes avec l'augmentation du nombre de conducteurs manquant de sommeil. Il y a déjà des cas, mais les survivants, traumatisés, se refusent à en parler.

    RépondreSupprimer